Avec eux, on a vu intense. 6 jours pour en faire un max, dont un we au bord de la mer et le réveillon de la nouvelle année en plein milieu du séjour. Alors on a pas perdu de temps, de la découverte du matin au soir, une rando dans le chouf agrémentée d'une chasse au trésor pour dégoter un jean improbale avec café et petits fours chez le papi en peignoir sorti de nulle part, des souks épicés, des savons parfumés et des boutiques pailletées, des gueuletons raffinés au bord de l'eau, des frites au toum avec encore du toum et encore des frites pour terminer le toum, un réveillon d'auberge espagnole libano-franco-belgo-singapourienne surplombant Beyrouth, des apéros à rallonge autour de saucissons bourguignons et saumon fumé maison, un selfie géant avec les libanais dans la file d'attente du téléférique, un interrogatoire pour immortaliser les chars prisonniers du béton, un bain de mer frisquet mais en entier quand même pour profiter à fond d'une première après-midi ensoleillée, une procession funéraire depuis le fond d'un garage, la leçon de loukoum chez les palestiniens, le penseur de Rodin en équilibre sur les ruines millénaires, Amélie Poulain caché au fond d'un fou-rire au time's up, l'incontournable mojito de 17h de zouzou, la non moins incontournable shisha à la pomme, j'en oublie, j'en passe, des meilleurs.

Oui, que des bons moments, vraiment à chaque fois meilleurs.

P1025217 r
Crédit photo Visi